S'abonner par :
 rss
 email

http://www.flickr.com/photos/82836677@N00/3569540015 Found on flickrcc.net

Question d’un visiteur :

Bonjour,

Catholique depuis mes 16 ans, je commence doucement à remettre en question ce que l’on m’y a appris, en particulier tout ce qui touche au pardon et à la miséricorde de Dieu.
Je ne trouve plus depuis longtemps la paix et le sentiment d’être pardonnée après une confession auprès d’un prêtre et je me demande s’il ne serait pas préférable de m’adresser directement à Dieu.

  • Est ce que Dieu pardonne sans conditions ? Les prêtres demandent parfois d’effectuer des pénitences qu’ils ont choisi pour pouvoir obtenir le pardon et je trouve cela un peu absurde, qu’en pensez vous ?
  • De manière plus générale, pouvez-vous me donner quelques conseils pour demander le pardon à Dieu avec sincérité ?

Merci d’avance pour votre réponse.
Je vous souhaite une très bonne journée, et que Dieu vous bénisse.

Réponse d’un pasteur :

Chère Camille

Est-ce que Dieu pardonne sans condition ? OUI. absolument, Dieu pardonne sans condition. Sans aucune condition. La preuve ultime est le cas des personnes qui viennent de torturer et de crucifier Jésus, et qui sont en train de se partager ses affaires au pieds de la croix, et même de se moquer de lui… Et bien Jésus prie pour eux, leur pardonnant « Père, pardonne leur, car ils ne savent ce qu’ils font ». Si cela, ce n’est pas pardonner sans condition !

Ensuite, cela pose la question du mal, quand-même. Du mal que nous avons commis, blessant des personnes, peut-être. Et puis le problème qui est en nous, le mal que nous avons commis est comme la fièvre, elle révèle que nous sommes un peu malade d’une certaine façon.

Donc, oui, Dieu nous pardonne sans condition, et précisément cela veut dire qu’il ne nous abandonne pas, nous et notre mal. C’est ce que dit l’apôtre Paul : « là où le péché abonde, la grâce sur-abonde », c’est ce que dit Jésus quand il nous apprend que Dieu aime même ses ennemis, qu’il bénit ceux qui le persécutent et cherche à leur faire du bien.

A mon avis, c’est ce que cherchent les prêtres en imposant des pénitences. C’est dans un but éducatif, je suppose.

Mais dans notre église nous ne le faisons pas. Pour plusieurs raisons :
Un exercice spirituel comme des prières, du temps, des efforts, ou une retraite… n’apportent du positif qu’à condition qu’ils soient faits avec la plus grande sincérité, volontairement, librement, discrètement décidé par la personne elle-même.
Ensuite, il ne faudrait surtout pas que la personne puisse penser que l’exercice spirituel serait pour payer la note auprès d’un Dieu qui serait comptable. Dieu ne prend aucun plaisir à nous voir souffrir ou nous priver. Et son amour, comme tout amour vrai, n’est pas à acheter !
Le pardon de Dieu est premier. Et c’est lui qui nous permet de libérer notre cœur et oser aller vers Dieu sans crainte, et nous ouvrir à son aide pour avancer, et peut-être essayer de réparer un peu les dégâts que nosu avons commis, si possible.
Donc oui, le mieux est de se savoir aimé et pardonné par Dieu et donc de faire le point sur notre vie, sur notre journée, devant lui. En confiance. Et de la laisser faire ce qu’il a à faire pour nous aider à progresser. Je n’ai pas d’autres suggestions que celle là. Méditer d’abord sur Dieu, son amour, cette source de vie incroyable et toujours positive qu’il est. Et ensuite se rendre présent devant cet amour. Bien sûr, notre sincérité est toujours relative, notre repentir pas bien au point, nous avons toujours de bons prétextes pour nous innocenter, et parfois nous sommes au contraire désespéré de notre nullité… bref : nous ne sommes pas trop dans l’axe. Mais peu importe pour Dieu, l’essentiel est que le contact soit noué. Cela lui permet de commencer à travailler, et c’est lui qui progressivement nous fera avancer. C’est ce que l’on peut voir avec la parabole de Jésus sur « le fils prodigue » où la repentance du fils qui revient vers le père est un peu limite, motivée par son seul intérêt. Le père, lui, n’a jamais cessé d’aimer et attendre son fils. Le fait que le fils se tourne vers le père lui permet de le sauver.

Amitiés fraternelles

pasteur

Plusieurs centaines d’autres questions & réponses sur le site

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

2 Réponses à “Question : Dieu pardonne sans condition ? Se confesser directement à Dieu ?”

  1. Thierry Carsenti dit :

    Bonjour.
    Que signifie « être sauvé » ?
    Merci,
    Thierry Carsenti.

  2. Bonne question. Je veux bien essayer une définition (c’est plus à expérimenter qu’à expliquer) :
    être vivant aujourd’hui, vivant d’une vie profonde et vraie, si profonde et vraie par l’amour dont Dieu nous aime qu’elle restera vivante au-delà de tout ce qui peut nous arriver.

Laisser un commentaire