S'abonner par :
 rss
 email

lumière dans une église

Question d’un visiteur :

Monsieur le Pasteur,

Bien qu’issu d’une famille de tradition Catholique, je me suis Éloigné de la religion Chrétienne depuis fort longtemps. A l’age adulte j’ai négligé la question religieuse avant de me tourner, plus tard, d’autres formes de spiritualités (Bouddhisme).

Aujourd’hui et depuis quelques mois, j’ai de nouveau ressenti la morsure des questions essentielles et existentielles, mais je n’ai pas pu trouver dans mon chemin spirituel de réponses totalement satisfaisantes. Je suis donc remis en recherche et j’ai retourné mon regard vers la foi de mon enfance, celle de ma famille.

Dans ce cadre, souhaitant savoir si le Protestantisme apportait des réponses différentes de celles du Catholicisme (notamment sur certains points qui avaient contribué à mon éloignement de la foi), je me suis inscrit sur l’espace de formation du site Théovie, et je lis en ce moment le « Catéchisme Protestant » d’Antoine Nouis.

J’ai également été très touché par la lecture du livre d’André Gounelle « une foi réfléchie » à propos de la pensée de Paul Tillich, j’ai donc cherché à poursuivre, à mon humble niveau, une exploration du point de vue du courant libéral et j’ai notamment trouvé de très belles réponses aux questions des internautes sur votre site, ainsi que les sites de Pasteurs du courant libéral.

Ce modeste cheminement intellectuel m’a (ré)ouvert les yeux sur la radicalité, la profondeur et la grande beauté du message de l’Évangile. J’ai été très heureux de trouver des exposés de la foi, compatibles avec la raison, quoi que l’excédent largement et en phase avec mon intuition et mon désir profond. J’ai énormément apprécié la démarche d’ouverture et l’harmonie, que j’entrevoie possible, entre l’intelligence, la culture et une foi authentique et profonde. De même que j’ai beaucoup apprécié les liens étroits entre la lecture de la Bible, l’engagement dans le monde et dans la vie de chacun, la volonté de toujours réformer l’Eglise et surtout la place centrale laissée à la conviction personnelle…

C’est pourquoi après cette trop longue introduction, dont je vous prie de bien vouloir m’excuser, je me tourne vers vous afin de savoir quelle est la place du courant et de la théologie libérale au sein de l’Eglise Protestante Unie de France ?

En effet, habitant en province, j’ai vu que l’église Protestante la plus proche de chez moi appartenait à l’EPUdF et je souhaitais donc savoir si, me sentant nettement plus proches des conceptions de Dieu que donne Paul Tillich que decelles données par la théologie « traditionnelle », je pourrais trouver ma place, en toute honnêteté, en toute transparence et en toute liberté au sein d’une église de l’EPUdF ?

Vous remerciant une nouvelle fois pour votre site ainsi que pour l’éclairage que vous pourrez m’apporter.
Bien fraternellement.

Réponse d’un pasteur :

Bonjour et merci pour votre message.

Bravo pour cette démarche de foi intelligente et sincère.

Les paroisses de l’Eglise Protestante Unie de France sont assez diverses, en fonction de leur histoire, des personnes qui s’y sont engagées et des pasteurs qui y ont servit (ou sévit ?) ! Cela va de paroisses très libérales jusqu’à des paroisses quasiment ou même franchement « évangéliques ». Pour le savoir, les prédications mises en ligne peuvent être une indication, à défaut de pouvoir y aller au culte plusieurs fois. Si elles font 8 minutes et sont une paraphrase du texte biblique ce n’est pas très bon signe. A mon avis. Si les théories du salut acheté par le sacrifice du Christ, la soumission aux écritures, le Dieu tout puissant sont prêchés ce n’est pas bon signe. S’il y a un accent mis sur la formation théologique des fidèles, des prédications plus complexes, c’est plutôt bon signe…

En tout cas, les deux facultés de l’EPUdF (Paris et Montpellier) ne sont en rien dogmatiques, mais ouvertes à une questionnement sans tabous, ce qui est le propre du libéralisme. Il en est de même pour les universités de théologie de Strasbourg et Genève. Donc théoriquement, les pasteurs ont été en situation d’avoir l’esprit ouvert. Et je pense sincèrement que c’est le cas de l’immense majorité d’entre eux. Mais certains ont d’autres priorités, d’autre vécu. C’est donc à expérimenter sur place, au cas par cas, et ne pas hésiter à aller plus loin géographiquement quitte à aller au culte moins souvent. Ou à panacher la pratique du culte ou de la messe à un certain rythme et la pratique sur internet, comme vous le faites.

Amitiés

pasteur

Plusieurs centaines d’autres questions & réponses sur le site

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Laisser un commentaire