S'abonner par :
 rss
 email

point d'interrogation - http://www.flickr.com/photos/50451886@N00/3534516458 Found on flickrcc.net

Question d’un visiteur :

Bonjour

Je suis abonné depuis quelques mois aux nouvelles que vous publiez et que je lis avec beaucoup d’intérêt.
Cependant, vos réponses m’interpellent.

En effet, elles sont extrêmement consensuelles et donc forcément toujours agréables à lire pour les personnes qui vous interrogent.
Et ceci quel que soit le sujet. Exemples récents : toutes les religions se valent, aucun problème pour se marier avec non croyant….même à l’Eglise, pratiquer le yoga ne pose aucun souci, fêter Halloween aussi si ça peut faire plaisir, etc……

Comme je n’ai trouvé aucun interdit dans vos réponses, aucune recommandation sur des conduites de Chrétien à tenir, ma question volontairement provocatrice est la suivante :
« En tant que Chrétien en conformité avec L’Oratoire du Louvre, tout m’est permis. Est-ce bien cela ? »

Cordialement

Réponse d’un pasteur :

Bonjour et merci pour votre message, très pertinent.

Je pense que vous avez bien compris notre démarche. À un point près :

  • Oui, « en tant que Chrétien en conformité avec L’Oratoire du Louvre, tout m’est permis »…
  • Mais comme le dit l’apôtre Paul « Tout est permis mais tout n’est pas utile », Tout est permis mais tout ne construit pas, et je ne me laisserai asservir par rien »

Tout par donc du »tout est permis », puisqu’en Christ nous ne sommes plus sous une Loi mais sous la grâce de Dieu, qui met fin à tout chantage, toute condition de la part de Dieu. Mais c’est alors que commence une démarche ouverte et responsabilisante de questionnement, de discernement, de choix, et d’action en responsabilité. C’est évidemment une démarche particulièrement exigeante. Car non seulement les chemins sont ouverts, mais il faut à la personne individuelle se forger une capacité d’observation et de réflexion personnelle, de capacité à choisir et à assumer en ligne directe avec Dieu, ce Dieu que l’on ne voit pas. C’est pourquoi, au traditionnel « Ecoute le Seigneur notre Dieu, tu aimeras Dieu de tout ton cœur, toute ton âme, toute tes forces » Jésus ajoute « tu l’aimeras avec intelligence », avec toute ton intelligence, celle de la tête, de la foi, du cœur, de l’espérance.

Et c’est bien ainsi, car toute vie est si particulière. Et dans tout moment un peut délicat de notre vie, nous ne choisissons pas entre le bien et le mal, mais entre de multiples solutions qui ont toutes une part de bien et une part de mal.

Avec tous mes vœux de bénédiction,
Bien amicalement

pasteur

Plusieurs centaines d’autres questions & réponses sur le site

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

7 Réponses à “Question : Selon vous, en tant que Chrétien tout m’est permis. Est-ce bien cela ?”

  1. Salima dit :

    Merci pour cette belle réponse très claire et pertinente.

  2. emdeclerm dit :

    Je me permettrais une question sans doute un peu bête mais récemment, je me suis rancardée et je me suis aperçue qu’en réalité, beaucoup de fêtes chrétiennes actuelles ont été enracinées à partir d’anciennes fêtes païennes, romaines pour la plupart : exemple : Noel = les Saturnales, St-Valentin martyr a pris la place des lupercales, fête de l’érotisme et de la débauche chez les Romains… Quand au Mardi-Gras chrétien, il a remplacé les brandons … Noel était autrefois la fête du sol invictus (soleil invaincu) et ce symbole a été repris avec la naissance de Jésus-Christ, symbole de la lumière du monde. Beaucoup d’églises ont été construites sur d’anciens lieux de cultes païens (culte des sources pour la plupart). A partir de là, je trouve que nous sommes presque autant imprégnés de culture latine que de culture chrétienne. Nous avons de parfaits exemples que nous vénérons la nature, et célébrons les saisons mais dans un sens chrétien, dans le sens que tout est création de Dieu. Est-ce que le but de l’église catholique était de promouvoir cette nouvelle culture ou bien alors d’écraser les anciens cultes païens qu’elle voyait comme une menace ? pourquoi une telle récupération et non pas un développement progressif de ce nouveau culte chrétien en affirmant toutes ses spécificités ? est-ce que de telles récupérations ne font pas douter de la bonne foi de l’Eglise qui a sans doute cherché aussi à convertir de force autrefois ? Mon message n’est pas provocateur mais émane davantage de la curiosité d’une étudiante en sciences humaines. Je me demande si le christianisme avait vocation d’une assimilation progressive ou alors d’une démarche de conversion forcée… sachant que l’Eglise d’aujourd’hui continue de prêcher sans détruire les autres cultes.
    Merci d’avance pour la réponse.

  3. Timothée dit :

    C ‘est du synchrétisme : assimilation d’une religion( ou de nouveaux concepts philosophiques) par une autre .
    On peut effectivement considérer cela comme une manipulation (de la part des htes autorités du moins, pas forcément des petits propagateurs (prêtres …)).
    On peut aussi considérer cela comme une pédagogie (partir de ce que l’enseigné sait pour l’amener à une autre façon de voir ) , ms , ds la mesure où l’absence de textes de support (pas encore traduits à l’époque, ce qui n’est plus le cas de nos jours ) ne laissait guère le champ libre à la réflexion , et , partant, à l’exercice du libre-arbitre, appuyé sur celle-ci, je me permets , comme vs, d’en douter .
    Les systèmes dominants ont du reste tjrs procédé ainsi, qd ils n’étaient pas directement violents (l’Inquisition ), pour asseoir leur pouvoir .
    Amicalement.

  4. emdeclerm dit :

    C’est sûrement ce qui a fait le malheur de l’Eglise actuelle. Tant de violence sur des gens crédules auraient très bien passé, mais au jour d’aujourd’hui, où les gens sont plus instruits, ils ne supportent pas de se laisser endoctriner. D’ailleurs, vivre en chrétien n’a jamais été si dure car ça demande vraiment de réfléchir et de se poser des questions.

  5. Timothée dit :

    C est juste , ms c’est cela qui est intéressant aussi !
    Amicalement .

  6. emdeclerm dit :

    Oui c’est intéressant culturellement.

    Amicalement.

  7. emdeclerm dit :

    Je me pose justement une question d’ordre éthique : la Bible parle peu d’avortement ou de contraception. Pourtant l’Eglise catholique les a longtemps interdits, à moins qu’il ne s’agisse d’une méthode naturelle pour la régulation des naissances. Pourtant, la Bible évoque le respect de la vie, sans s’appesantir sur des circonstances comme l’avortement ou la contraception qui existaient sûrement de façon naturelle, mais on ne s’y attardait pas (Jésus ne l’a jamais mentionné, ce qui ne devait sans doute pas poser question à l’époque). Le respect de la vie est un argument souvent avancé par les opposants à l’avortement, mais si c’est à mon sens une marque d’humanité que de respecter la vie, les discours peuvent vite dévier et devenir abusifs. L’Eglise protestante a levé l’interdit du mariage des prêtres, puisque Luther le trouvait abusif et a d’ailleurs épousé une moniale. Mais l’Eglise catholique pourrait trouver un exemple dans les premiers siècles avec St-Augustin qui était prêtre et marié pour ne pas le conserver, ce qu’elle ne fait pas encore. Elle a aussi longtemps interdit la mise en pratique des dons pour charmer le feu ou soigner le zona, alors que la Bible précise que chacun doit au contraire user des dons qu’il a reçus. Elle interdit la pratique du yoga trop en lien avec la religion bouddhiste, ce qui pourrait se comprendre, mais actuellement, il s’agit plus d’une méthode de décompression accessible pour tous que d’une pratique intense visant à faire sortir l’esprit du corps et atteindre le nirvana. Pourquoi tant d’interdits, parfois sans fondements vraiment ancrés dans la Bible ? et que pense l’Eglise protestante de tous ces interdits (à part celui du mariage des prêtres qui depuis Luther, est levé) ?

Laisser un commentaire