S'abonner par :
 rss
 email

Marc Pernot le 12 février 2017

prédication du pasteur Marc Pernot
pour le dimanche 12 février 2017

On trouve dans l’Evangile un curieux aphorisme prononcé et même répété par Jésus : « on donnera à celui qui a et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas, on ôtera même ce qu’il a ! ». C’est choquant. On le retrouve à cinq reprises dans les évangiles, dans trois contextes différents.

« On donnera à celui qui a et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas, on ôtera même ce qu’il a ! » Cette action prêtée à Dieu par Jésus va dans le sens de cette réalité qui fait que souvent les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvre. C’est ainsi depuis l’origine du monde, c’était encore plus vrai du temps de Jésus que maintenant, car des progrès ont été faits. Par exemple en France, il fait bien mieux être pauvre aujourd’hui qu’il y a 100 ans, et même qu’il y a 50 ans. Je me souviens avoir été chez des paysans savoyards qui habitaient dans la même pièce que leurs bêtes, ils étaient, dès la cinquantaine, usés par la dureté de leurs conditions de vie. Il y a donc eu quelques progrès, et c’est cela que nous aimerions voir, c’est cela que notre foi, notre cœur et notre intelligence nous poussent à rechercher activement. Comment le programme de Jésus pourrait-il être d’enrichir encore les plus riches et de prendre encore au pauvre le peu qu’il a ?

Mais bien entendu, ce ne peut être le sens de cette phrase dite et répétée par Jésus. Nous savons bien que ses paroles ne peuvent être prises « bêtement », au pied de la lettre. Car par ailleurs, toutes les paroles et tous les actes de Jésus vont dans le sens de soulager les pauvres, les malades, les affligés. Bien sûr. Mais cela fait partie de son style et de sa pédagogie de nous choquer volontairement avec des paroles surprenantes. Avec ces paroles difficiles Jésus cherche à nous faire découvrir que nous avons des oreilles faites pour entendre par nous-mêmes, des yeux pour voir, une cervelle pour réfléchir. D’ailleurs, nous le voyons bien, cette parole choquante intervient toujours en conclusion d’une parabole de Jésus, donc dans un contexte où Jésus tente d’aider ses interlocuteurs à évoluer en les mettant face aux limites de leur propre logique.

Quand nous sommes choqués par une de ses paroles provocantes, j’ai l’impression que Jésus rigole et nous répond : il y en a au moins un qui écoute ce que je dis. Mais n’est-ce pas dangereux de la part de Jésus de dire des choses comme ça ? Je ne pense pas, car cette parole de Jésus n’a pas de sens au premier degré. Elle contredirait alors la vie de Jésus mais aussi d’autres paroles de l’Évangile
… suite du texte ici


(début de la prédication à 12:09)

film : Soo-Hyun Pernot

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Laisser un commentaire