S'abonner par :
 rss
 email

Lune et les toits de l'Oratoire

Question d’un visiteur :

Bonjour,
Pourriez-vous m’indiquer les principales différences entre protestantisme libéral et protestantisme réformé (au moins dans un contexte francophone) ?
Bonne journée,
Constance

Réponse d’un pasteur :

Bonjour Constance

Bravo de vous intéresser ainsi à Dieu.

Dans toutes les religions, il existe différentes sensibilités, différentes façon de vivre le rapport à sa religion. Il y a des protestants réformés libéraux, il y a aussi des juifs libéraux…

L’Oratoire du Louvre est plutôt une paroisse libérale dans les protestantisme.

Mais tout dépend de ce que l’on entend par « libéral ». Car certains « libéraux » sont en réalité furieusement dogmatiques, attachés à une sorte de crédo « libéral » : ne pas croire à ceci, croire à cela. C’est bien leur droit.
Mais ce n’est pas la seule façon d’être « libéral ». À mon sens, être libéral veut dire privilégier la démarche personnelle en sincérité, la foi, la piété, la réflexion libre de chacun, et surtout la relation personnelle à Dieu. Cela implique le respect des autres (si ce n’est dans le respect de leurs opinions, pas toujours toutes respectables). Et cela implique de continuer à cheminer. C’est donc l’inverse d’un dogmatisme, celui des « évangéliques » comme celui de certains « libéraux ».

Personnellement, je veux bien me considérer comme « libéral » mais je me qualifierais plutôt de « progressiste », au sens où toute théologie est imparfaite et est appelée à progresser, au sens aussi où les questions qui se posent ne sont pas toujours les mêmes et la pensée doit donc toujours être repensée, reformulée. C’est d’ailleurs le propre de l’église « réformée » qui se définit elle-même depuis Calvin comme « toujours à réformer ».

Puisqu’il y a une telle liberté de pensée et de foi pour chacun, et donc une grande diversité, qu’est-ce qui fait alors l’unité dans l’église ? Le Christ (ou la conception de Dieu mise en valeur par Jésus), et une soif de chercher, de réfléchir, de s’engager personnellement.
S’il y a une telle fluidité de la pensée personnelle où est la sécurité, l’assurance ? Dans la seule confiance dans la grâce de Dieu. Et puis dans cette espérance que là où je suis dans l’erreur, n’étant pas cramponné vitalement à ma doctrine, je pourrai progresser, avec l’aide de Dieu, et un certain travail le plus honnête et sérieux possible.

Pour aller plus loin en ce qui concerne cette question : http://blog.oratoiredulouvre.fr/2015/04/choisir-sa-religion-et-son-rapport-avec-sa-religion/

Bien fraternellement

pasteur

Plusieurs centaines d’autres questions & réponses sur le site

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Laisser un commentaire