S'abonner par :
 rss
 email

Marie Balmary et François RancillacUn événement qui se promet d’être exceptionnel à vivre (à mon humble avis)

Rencontre avec Marie Balmary et François Rancillac
le mardi 28 novembre à 20h à l’Oratoire du Louvre, 145 rue Saint Honoré Paris 1er
entrée libre

Marie Balmary témoignera de sa démarche d’analyste et de lectrice perpétuellement « étonnée » des Ecritures, scrutant les heurs et malheurs d’une Humanité en quête d’elle-même, dont le devenir passe par la joyeuse reconnaissance de l’Autre « à son côté ». François Rancillac vous parlera de son approche du texte et de sa transcription théâtrale. Ensemble, ils échangeront avec vous autour de l’importance de faire entendre, grâce aux travaux (entre autres) de Marie Balmary, combien les « Ecritures » sont un lieu de la pensée en mouvement, du questionnement infini, et non d’une prétendue « Vérité » préétablie et figée.

Les études de Marie Balmary sur la Bible sont formidables, réunissant dans le cercle de ses admirateurs aussi bien les exégètes les plus savants que la foule des personnes qui cherchent : « Le sacrifice interdit », « Abel ou la traversée de l’Eden », « Nous irons tous au Paradis », « Ouvrir le Livre »,… Marie Balmary est psychanalyste. Ce qui la passionne dans l’écoute vivante de ses patients, elle le retrouve à l’écoute étonnée de ces textes de la Bible, transmis du plus lointain de notre humanité. Ici comme là s’expriment les grandes interrogations face au tragique de la vie et de la perte, de l’amour et de la relation. Comme sur le divan, il n’est jamais question dans ses essais que de libération d’une parole en propre, de l’avènement d’un Sujet capable de dire « je » parce qu’il est en relation de parole avec un autre Sujet. Une lecture tout sauf moralisatrice ou édifiante, mais éthique et laïque : qui « donne à penser » et suscite du dialogue. Une lecture donc profondément humaniste.

François Rancillac est diplômé en philosophie, comédien, metteur en scène, il est directeur du Théâtre de l’Aquarium à la Cartoucherie de Vincennes. Il a entrepris de mettre en scène l’étude de Marie Balmary sur le récit biblique d’Adam, Ève et du serpent qui parle. Lue ou pas lue, tout le monde connaît l’histoire : malgré l’expresse recommandation du divin jardinier, Adam et Eve osent manger de l’arbre interdit ! Chassés du paradis terrestre, ils sont condamnés pour les siècles des siècles à la douleur, au dur labeur et à la mort… Amen ? Mais de quoi nos ancêtres ont-ils été coupables ? Qu’est-il vraiment écrit sur leur faute ? Et si on refaisait l’enquête ?

Michel Ange, Chapelle Sixtine, La chute

Assis tout autour d’une grande table aux côtés de trois « exégètes », le spectateur est invité à rouvrir le récit biblique et à lire… comme si c’était la première fois, comme s’il ne savait rien de ce mythe fondateur de notre Occident. Et alors s’enchaînent les surprises… Par exemple, saviez-vous qu’il n’y a dans le texte aucune trace de « faute » ou de « péché » ni de « châtiment » ? Mais alors, que s’est-il joué au Jardin d’Eden ?

Marie Balmary s’en réjouit « Je n’aurais pas pu en rêver. Le choix d’un dialogue entre quatre comédiens rejoint l’esprit des recherches que je mène par d’autres moyens » (La croix)

Cette double expérience : celle de Marie Balmary et de son groupe de recherche sur la Bible, celle de la mise en scène au théatre afin de faire sentir, de faire revivre cette recherche par le spectateur est quelque chose d’étonnant et de passionnant.

Au Théâtre de l’Aquarium – La Cartoucherie (Paris 12ème) du 12 au 23 décembre 2017 puis du 9 au 21 janvier 2018 du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h / durée 1 h + débat réservations 01 43 74 99 61 – theatredelaquarium.com ou ici : à partir de 11 € 

La presse

Ces pages de l’Ancien Testament pourraient en intimider plus d’un ! Mais, dans ce dispositif ingénieux, leur décorticage est si vif, passionné, passionnant, et parfois même hilarant ! Les acteurs, il est vrai, rivalisent de malice. Télérama

C’est toujours surprenant, clair, drôle aussi, et on ressort de ce spectacle en ayant l’impression d’être plus intelligent après qu’avant ! Le Progrès

Rancillac a inventé une scénographie qui fait des spectateurs des participants et des complices. (…) Une heure très dense avec, à la clé, un débat qui pourrait durer toute la nuit. Ce spectacle honore le métier. Et quant aux comédiens, ils sont d’une parfaite justesse. Figaroscope

Le travail (remarquable) de Balmary fait déjà la nique à tous les intégrismes misogynes et autoritaires. Cette étude biblique partagée sur scène nous renvoie en plus à notre responsabilité citoyenne devant les textes, tous les textes : alors lisons, interprétons, ouvrons les sens ! Libération

Nous avons donc une chance extraordinaire : celle de participer à une rencontre faisant dialoguer de Marie Balmary et François Rancillac à l’Oratoire le 28 novembre au soir.

Une prolongation inattendue de nos rencontres de Philosophie et Théologie offertes par Denis Guénoun l’an dernier ! Encore grand merci à lui…

 

Articles similaires :

Suivez-nous sur : Facebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagramFacebooktwittergoogle_plusrssyoutubeinstagram - Partagez cette page sur : Facebooktwittergoogle_plusmailFacebooktwittergoogle_plusmail + Merci 🙂

Laisser un commentaire