S'abonner par :
 rss
 email

rosesLa spiritualité semble avoir une signification différente pour chacun de nous. Une définition standard serait : « Un sentiment de signification et de but; un sentiment de soi et d’une relation avec ‘ce qui est plus grand que soi' ».

Actuellement, la religion et le mysticisme semblent avoir le monopole de la spiritualité. La religion théiste concerne souvent une ‘relation avec dieu’ ou le créateur divin, comme une relation spirituelle, tandis que les Mystiques trouveront souvent une relation à une force ou un pouvoir ‘surnaturel’. Le fait est que, d’une façon pratiquement universelle, la spiritualité a à voir avec une ‘relation’ à un niveau ou à un autre. Dans la plupart des perspectives, c’est associé à la ‘place’ d’une personne ou sa ‘signification’ dans la vie… quelle qu’elle soit.

Aussi subjectives que ces choses puissent paraître, nous commençons à reconnaître des changements dans ces notions car le progrès social tend à se frayer un chemin vers des compréhensions qui résistent aux épreuves du temps. Dans l’ère moderne, nous avons la capacité de regarder loin dans notre passé et examiner ce que nos ancêtres considéraient comme ‘réel’ et comparer ensuite ces idées à ce que nous comprenons aujourd’hui. Beaucoup des « pratiques spirituelles » qui ont existées par le passé, n’existent plus de nos jours en raison des compréhensions qui nous sont parvenues en ce qui concerne le phénomène naturel. Comme exemple de base, les premières religions ‘sacrifiaient’ souvent des animaux dans certains buts. Cela se produit rarement de nos jours car la pertinence d’un tel acte s’est révélée inutile dans les effets désirés. De même, les gens effectuent rarement des ‘danses de la pluie’ pour influencer la météo. Aujourd’hui nous comprenons de quelle manière les conditions météorologiques sont créées et les pratiques rituelles n’ont pas d’effets prouvés.

De manière similaire, l’idée de ‘prier’ un dieu pour une demande particulière, s’est aussi révélée statistiquement peu efficace, sans parler qu’il n’y a aucun élément de preuve scientifique qu’un créateur personnifié existe. Cela est souvent issu d’anciennes spéculations et traditions historiques littéraires.

A bien des égards, la Religion établie semble être fondée sur un malentendu perceptuel au sujet du processus de la vie. Par exemple, elle présente un point de vue qui place souvent l’Homme à un niveau différent des autres éléments de la nature. Cet ‘égo spirituel’ a conduit à des conflits dramatiques pour les générations, non seulement entre les êtres humains, mais par inadvertance entre nous et l’environnement lui-même.
Cependant, au cours du temps, la Science a montré à quel point les êtres humains sont soumis aux mêmes forces de la nature comme tout le reste. Nous avons appris que nous partageons tous la même base atomique que les arbres, les oiseaux et toutes les autres formes de vie. Nous avons appris que nous ne pouvions vivre sans les éléments de la nature. En effet, nous avons besoin d’air pur pour respirer, de nourriture pour manger, d’énergie du soleil, etc. Lorsque nous comprendrons cette relation symbiotique de la vie, nous commencerons à voir qu’en ce qui concerne les ‘relations’, notre relation à la planète est la plus profonde et la plus importante. Le moyen par lequel ceci est exprimé est la Science car le Méthode Scientifique nous a permis de mieux comprendre ces processus naturels afin que nous puissions mieux comprendre comment nous ‘adapter’ dans cette vie dans son ensemble.

On pourrait appeler ça un réveil ‘spirituel’.

Cette réalisation, qui a été prouvée par la science, est que les hommes ne sont pas différents de toute autre forme de la nature, alors que notre intégrité est aussi bonne que l’intégrité de notre environnement, auquel nous faisons tous partie. Cette compréhension présente un point de vue ‘spirituel’ complètement différent car il force l’idée d’interdépendance et de connexion, à sa base. L’interconnexion de l’ensemble de la vie est indéniable dans le sens le plus fondamental et c’est cette ‘relation’ perpétuelle de totale interconnectivité qui n’est pas complètement réalisée par l’ensemble de la société. Ainsi, nos modes de comportement et de perception ne sont pas alignés avec la nature elle-même et ils sont donc destructifs.

La nature elle-même est notre professeur et nos institutions sociales et nos philosophies devraient être tirées de cette compréhension fondamentale et, invariablement, ‘spirituelle’.
Plus vite ce réveil spirituel se propagera, plus la société deviendra saine, pacifique et productive.

Articles similaires :

Suivez-nous sur : FacebooktwitterpinterestlinkedinyoutubetumblrinstagramflickrFacebooktwitterpinterestlinkedinyoutubetumblrinstagramflickr + Merci 🙂

Les commentaires sont fermés