S'abonner par :
 rss
 email

« Vous êtes des dieux, vous mourrez comme des hommes »… c’est le verset biblique qui sert de sous titre au film « des dieux, des hommes » qui sortira dans une dizaine de jours au cinéma, film qui raconte l’histoire de ces moines cisterciens à Tibhirine, assassinés il y a maintenant 14 ans.

Evidemment, l’histoire de ces moines sur les écrans de cinéma va contraster fortement avec les scénarios de grosses productions telles que Salt, une espionne jouée par Angelina Jolie qui porte admirablement bien son nom, mais qui tue à tour de bras ou, pire encore, Expendables qui rassemble les gros bras de Hollywood en une équipe de mercenaires qui représentent bien ces héros de cinéma qui massacrent comme ils respirent, et toujours pour la bonne cause bien évidemment.

D’un côté des hommes, fragiles, qui se posent des questions, qui se savent vulnérables, mais qui sont aussi conscients de leur vocation divine et, de l’autre côté, des hommes qui sont des dieux de l’art de la guerre et qui font oublier qu’ils ne sont que des hommes. C’est là, dans ce contraste saisissant, le drame que souligne ce psaume 82 : un drame qui n’a de cesse d’être rejoué de part et d’autre de notre bonne vieille terre [… ]

Articles similaires :

Suivez-nous sur : FacebooktwitterpinterestlinkedinyoutubetumblrinstagramflickrFacebooktwitterpinterestlinkedinyoutubetumblrinstagramflickr + Merci 🙂

4 Réponses à “Soyez des hommes à la manière de Dieu (Psaume 82)”

  1. benoite dit :

    c’est très joliment dit Pr Woody, et tellement bien vu.

    on peut souffrir de se sentir impuissant à donner ce que l’on aimerait pouvoir donner et découvrir qu’on n’en a pas la force, trouver ensuite la force de l’accepter, ion peut souffrir de tant de choses encore, et se sentir accompagné/e sur les voies ténébreuses peut effectivement être/est une grâce.
    le désert ne se trouve pas forcément à des centaines ou des milliers de km.

    un homme à la manière de Dieu.. c’est tout une écriture de vie.

  2. Comme le dites fort bien, Laurent, ce coeur des ténèbres peut se trouver à notre porte, dans des endroits aussi lumineux qu’un centre commercial etc. Je dirais que le coeur des ténèbres est là où ça fait mal à quelqu’un, autrement dit là où il y a un mal subi, une souffrance, qui peut être bien autre chose qu’une douleur ressentie. Rejoindre ce coeur des ténèbes, rejoindre l’autre là où il souffre (on peut souffrir d’une manque de soin, d’un manque d’éducation, d’un manque d’égards) et être pour lui tel un passeur… un Hébreu…

  3. laurent dit :

    bonjour Pasteur Woody,
    Il est vrai que cette prédication donne envie d’un échange: peut-être autour d’une question, par exemple « où se trouve pour vous le coeur des ténèbres? ».
    Se rendre au coeur des ténèbres, cela peut-être remonter un fleuve jusqu’au coeur d’un pays en guerre, ou au coeur d’un continent de misère. Mais comme vous le dites si justement, notre voyage au bout de la nuit, nous le réalisons chaque jour, par exemple jusqu’au grand centre commercial, lumineux, luxueux et si désespérément pauvre en esprit.
    Au coeur des ténèbres, y sommes-nous ou y allons-nous? c’est ici ou au bout du fleuve Congo ?

  4. benoite dit :

    «  »Et cette justice est d’abord une affaire individuelle. Ce n’est pas l’Etat algérien qui a permis aux habitants de Tibhérine de traverser la guerre civile et d’être aujourd’hui munis de ce qu’il faut pour assumer leur existence. Une habitante algérienne, dans un geste de reconnaissance peut-être un peu naïf, écrivit cette lettre aux religieux, plusieurs années après leur mort : « nous étions seuls dans notre souffrance et aucun n’a eu le courage ou la pensée de prier au moins pour nous et de dire : « Dieu, aide-les ! » excepté vous… ».

    puisque le film »des dieux et des hommes » dont vous avez parlé Pr Woody sort dans quelques jours, ce pourrait être sympa d’organiser une soirée ciné pour les paroissiens :
    ceci permettrait peut-être de prolonger la réflexion ?
    ce n’est peut-être pas l’usage à l »oratoire, mais ..pourquoi pas ?